Le rêve américain ?

The Artist a encore fait parler de lui : 5 oscars, dont meilleurs costumes, meilleure musique, meilleur réalisateur, meilleur film (!) et … Meilleur acteur. Ainsi “John Of The Garden”, comme se surnomme lui-même Jean Dujardin, entre dans l’histoire en devenant le premier français a décrocher cet oscar, tout comme le film en lui même (n’oublions pas qu’il traite de l’histoire du cinéma américain). Petite déception cependant, Bérénice Bejo est repartie bredouille, ce qui n’est pas forcément juste étant donné qu’entre Dujardin et elle, aucun n’est “meilleure” dans son rôle. Ainsi, après plus de 70 prix, le film va sûrement connaitre un meilleur succès en France et Outre Atlantique, espérons le ! Et comment se sent Dujardin après de telles récompenses ? A-t-il pris la grosse tête ? Du tout, il reste simple, à son habitude, et déclare “[Cet oscar] me donne tout simplement plus de liberté, je veux continuer ce que je fait”. Le petit acteur de la bande du Carré Blanc n’a donc n’est donc pas devenu Hubert Bonniseur de la batte ! Petit résumé de sa carrière avant de se quitter : il commence avec des parodies dans la bande des “Nous C Nous”, enchaîne les sketchs chez France 2, dont le célèbre Brice de Nice, puis de 1999 à 2003 réunit plus de 5 millions de Français devant Un Gars, Une fille, avec Alexandra Lamy. Ensuite il devient l’idole des cours de récrés avec son Casse Brice dans Brice de Nice, puis tourne en 2006 et 2009 dans OSS 117 : Le Caire Nid D’espions et OSS 117 : Rio ne répond plus, dont les répliques sont pour Cariboull et moi cultes (“Non mais oh ! Comment tu parles de ton père ? Moi mon père …), puis dans ne nombreux rôle plus sérieux : Le Bruit des Glaçons, un Balcon sur la Mer, Contre Enquête, 99 Francs et dans Les Petits Mouchoirs.

En 2011, il retrouve Michel Hazanavicus et Bénérice Béjo, rencontrés pour les deux OSS 117, pour The Artist, reçoit le Prix D’interprétation Masculine à Cannes. La suite est maintenant connue de tous ….