Critique : John Carter

Bon avant tout, je vous rappelle que John Carter s’inspire d’un roman du créateur de Tarzan datant de 1912 et nommé “Cycle de Mars”. Donc ce n’est pas un mix de Star Wars, Avatar, Planet Hulk et compagnie mais LA source d’inspiration de ces derniers. Alors le film est-il à la hauteur de nos attentes ? En un mot, un seul : EPIQUE.

Mais commençons par le début. Un américain, capitaine pendant la guerre de sécéssion, se retrouve sur Mars. Il va se retrouver dans une guerre entre deux cité, et je ne spoilerai rien ^^. Même tout le monde sait qu’il n’y a pas d’habitants sur mars et qu’on ne peut y faire des sauts de cabris, le réalisateur du Monde de Némo et de Wall-e arrive à nous faire croire en ce monde improbable. Monde qui, en 2H20 passant aussi vite que ce mignon Woola. Les effets numériques sont superbes, et cette planète aussi aride que Tatooine est peuplée de créatures et de mythes énorméments travaillées, ce qui contribue au réalisme de la planète. La structure du scénario est certes classique : le rebelle qui devient héros, sauveur d’un peuple et tombe amoureux de la princesse mais reste tout aussi efficace. Certains passages sont réelement épiques, dont une scène où la musique prend le dessus, le blockbuster est de bout en bout prenant. Les acteurs sont excellents, que ce soit Taylor Kitsch ou Lynn Collins, et la musique résonne encore dans ma tête ! Les scènes d’actions sont impressionantes, la 3D n’est jamais gênantes et, même si elle n’est pas indispensable, est justifiée par les panoramas impressionantes. Le film souffre parfois de quelques petites de longueurs, mais malgrès tout nous scotche a nos sièges pendant plus de deux heures. Le film n’est en faite qu’un gros Flash-back, qui est raconté via le journal de John Carter que son neveu lis. Journal qui est l’héritage de ce dernier, car son oncle est mort.

Certaines critiques traitent J.C Of Mars de “Star Wars de cette génération”. Je n’irai pas jusque là : le film va certainement devenir culte, et évoluer en trilogie et produits dérivés. Mais n’oublions pas que la saga de George Lucas inspirée par le film (ce qui est, dit ainsi, aussi absurde que John Connor plus né avant son père …) est un scénario original, et le méchant principal du film n’a ni la carrure ni le charisme de Dark Vador, et les soldats n’ont pas le “charme” des stormtroopers ^^.

Mais arrêtons de comparer, et au lieu de lire cette (sublime, hu-hu) critique qu’est la mienne, foncez vous ruiner en achetant une place de cinéma à 15 euros !