Critique : La Colère Des Titans

Le premier volet, Le Choc des titans, était un bon divertissement certes, mais est resté dans nos mémoires (en tout cas dans la mienne) non pas pour la présence de Mouloud Achour dans le film mais pour sa 3D plus-laide-tu-meurs : le film avez été 3D-isés en 5 semaines …  Qu’en est-il de cette suite ?

Non plus réalisée par Louis Letterier mais Jonathan Liebesman, mais avec le même casting (Sam Worthington en Persée, Liam Nesson en Zeus …), le film se déroule 10 ans après le premier : les Dieux sont affaiblis, Zeus va mourir à cause de son frère et Chronos, volcan vivant de 50m de haut, veut exploser les humains. La routine, quoi. Ainsi, le scénario est toujours aussi peu fidèle à la mythologie grecque, et sans grande importance il faut l’avouer (car oui, le scénario est un prétexte pour défoncer du monstre, vous vous attendez à quoi ? ^^), parsemé de rapports père / fils (Zeus/Persée, Zeus/Hadès, Persée/Héros, Poseidon/LeNavigateur) ou fraternels (Bon ça va vous avez compris), avec des personnages pas très crédibles, et quelques peu creux, mais bon les acteurs jouent bien (heureusement !). Quoique ce n’est pas très difficile, les moments d’émotion étant creux, le reste du film se limitant à foncer sur des hordes de monstres des enfers … D’ailleurs, parlons de la durée : 1h27. 90min pour un péplum, ils l’ont fait !

Donc au lieu de nous apitoyer sur les défauts du film, parlons des qualités ! Eh bien surprise, les effets spéciaux sont remarquables. Car oui, Cronos volcanique d’une centaine de mètre de haut ça ne fait dans la dentelle mais qu’est-ce que ça fait du bien. Ensuite les cyclopes, et -surtout- le moment du labyrinthe : mêlant vrais images et images de synthèse, le résultat s’avère réaliste et impressionnant en 3D. Celle-ci est d’ailleurs plus réussie que le Choc des titans : on note quelques bons moments, même si on ressent le fait que le film a été 3D-isé. Personnellement, je trouve que le moment où l’on veut faire jaillir un serpent de l’écran est ridicule : l’image se coupe en haut et en bas pour faire cet effet, qui n’est pas le moins du monde ressenti…  La bataille final elle est ridicule elle aussi : en se voulant épique, elle se conclue en 5min….Finissons avec un point positif : le film, tourné -comme John Carter- en 35mm, le résultat est vraiment sympa, donnant une dimension en plus au film.

Je conclurai en latin (bon le film se déroule en Grèce mais qu’importe) : Vini Vidi et passeum uno bono moemento (aucun commentaire merci ^^)