Critique Rayman : Origins

Rayman est une licence indisociable et phare d’Ubisoft, en effet quel gamer ne connait pas l’homme sans bras ni jambes ?

Mais depuis quelques années cette merveilleuse licence perdait de plus en plus de prestige, lorgnant vers un côté plus grand public :  Ubisoft sortait seulement des opus de la série “Rayman et les lapins crétins” et si le résultat sympatique il n’était à mes yeux bien trop peu intéressant et surtout destiné à un public très jeune que les grimaces de quelques lapins suffisent à faire rire aux larmes. Mais après moult épisodes sur toutes les plateformes, Rayman revient accompagné de la 2D pour notre plus grand bonheur !

Je ne vais pas m’attarder sur le scénario car il ne prend pas une place importante dans le jeu, mais vous parcourrez des niveaux pour libérer des fées et récolter le plus de Lums possible, pour cela vous traverserez à peu près 60 niveaux répartis dans plusieurs mondes.

Chaque monde possède une thématique bien défini, et vous découvrirez avec délice des mondes plus délirants et originaux les uns que les autres. De plus ils profitent tous du style enfantin et coloré si cher à la série et sont bourrés de détails qui charment le yeux et les animations des différents protagonistes laissent pantois !

Passons maintenant au gameplay, qui est clairement la réussite du jeu, à première vue il n’y à rien de bien original pour un jeu 2D : une touche de saut, une d’attaque et enfin la possibilité de sprinter, plus quelques autres capacités que vous débloquerez tout au long du jeu mais le soft incorpore une telle dose de fraîcheur, d’originalité  et de surprises dans ses niveaux au cours de l’aventure que l’on parcoure le jeu avec un émerveillement constant, un bel exemple de ce qui ce fait de mieux en 2D !

Chaque monde se clos sur une séance de shoot’em up dans laquelle le personnage que vous avez choisit chevauchera Moskito un moustique qui a comme capacité d’aspirer ses ennemis et de les recracher et bien sur de tirer des projectiles ces petites scéances apportent un peu de diversité dans l’aventure et sont très agréables à jouer.

Au cours de chaque niveau vous pourrez booster votre score final en récupérant le plus de Lumns possibles, en trouvant les pièces de la mort qui sont disséminés un peu partout dans les niveaux dans des endroits dangereux où l’habilité du joueur sera mise à l’épreuve sans oublier les différentes cachette des coffres d’électoons à libérer, cet ensemble donne au titre une difficulté supplémentaire à tous ceux souhaitant finir le jeu dans son intégralité. Le jeu se destine donc à tout type de gamer qu’il soit âgé ou enfantin, hard-core ou casual.

Ayant joué au jeu sur Vita je n’ai pu essayer le mode coopératif, mais le reste du jeu est très bien retranscrit et profite du tactile pour donner la possibilité au joueur de pouvoir zoomer (ce qui est des fois bien pratique), et propose un mode ou vous affronterez les fantôme des autres joueurs pour essayer de faire mieux qu’eux.

Pour conclure ce jeu est une véritable perle qui rend hommage aux jeux 2D de la plus belle des manière et autour de tous ces jeux hollywoodiens il ne pourra que vous apporter une dose de fraîcheur incomparable !