[Critique] : Total Recall cru 2012

Ré-adapter le roman de Philip K. Dick vingt ans après un version avec Schwarzy carton-pâte mais convaincante, avec au commande Len Wiseman (Underworld), on pouvait se demander ce qu’allait donner le résultat. Alors, film de SF original ou énième blockbuster 100% action et 0% réfléxion ? Réponse dans les lignes suivantes ….

Le premier quart d’heure annonce un très bon film de SF : l’univers est cohérent, deux cités clairement différentes étant reliées par un ascenseur géant, “la chute”,dans un monde post-apocalyptique, et le scénario a lui les ingrédients pour nous faire réfléchir et proposer une dose d’action tout en sortant des sentiers battus. Seulement voilà : même si les ingrédients sont là, la recette a déjà été utilisée jusqu’à l’indigestion, et nous donne un résultat très décevant, mi-figue mi-raisin … pourris (je crois que j’ai fait le tour du sujet sur la métaphore alimentaire). Puis tout se gâte : notre héros commence à exploser des policiers et sauter de toits en toits, d’ascenseurs en ascenseurs, et ce pendant près de deux heures. Le film se transforme en mauvais James Bond, délaissant tout scénario pour un cocktail 100% action, usant et abusant des ficelles du genre, et enchainant les chutes et les headshots. Ce qui nous désintéresse peu à peu de l’action, et nous fait regretter l’original de Verhoeven, pourtant lui aussi bien bourrin … Mais beaucoup plus intéressant (et original). Bien sûr (et heureusement), le film possède de magnifique effets spéciaux : des courses en voitures aux panoramas des cités, on sent qu’il y a du monde et du budget derrière (200 000 000 $) ! Côté musique, rien d’exceptionnel, on a du bon comme du moins bon, mais venons-en à un point qui fâche …

Les acteurs ne sont pas tous bons, et certains sont carrément insupportables. Colin Farell s’en sort bien, Jessica Biel moins et Kate Beckinsale …. Comment expliquer, vous voyez Chuck Norris dans les 80’s ? Imaginez-le au féminin, et vous obtenez une actrice ridicule et qui joue mal, même pas drôle à son insu. De plus son rôle est on ne peut plus poussif, souvent injustifié et toujours “cliché”. Ah, et j’allais oublié les scènes too much : on a droit à une course poursuite interminable, des ascenseurs par centaines, des voitures qui flottent, des robots qui ne savent pas viser un humain …. Vous l’aurez compris, on n’échappe à rien. Il offre donc sa dose d’action, mais reste en dessous de celui des années 1990, auquel il fait des références maladroites.

Bref : Total Recall est raté.

Au pire, on pourra se rabattre sur un autre Philip K. Dick : l’excellent Minority Report de tonton Spielberg !